Vélo à Bogotá : le Covid comme accélérateur de la mobilité durable ?

par Carlos Felipe Pardo (depuis Bogotá) et Jérémy Robert (en télétravail depuis la France), membres du projet Modural.

(Carlos Felipe Pardo, mars 2020, Bogotá, Colombie)

Début 2020, nous commencions le programme de recherche Modural (https://modural.hypotheses.org/) sur les pratiques de mobilités durables dans les périphéries populaires de Bogotá et de Lima. Ce projet, comme nos terrains d’études, furent frappés de plein fouet par la crise de la Covid-19 qui entraina une transformation brutale et radicale des mobilités quotidiennes. Les pistes cyclables temporaires de Bogotá – mises en place quatre jours avant le confinement pour lutter contre la propagation du virus et la congestion, et reprises dans de nombreuses villes du monde – ont fait l’objet d’un très large traitement médiatique. A l’inverse, les impacts de la Covid-19 sur la mobilité des habitants des quartiers populaires restent peu explorés et sont devenus un des enjeux de notre projet, qui interroge désormais la pérennité de ces changements et ce qu’ils impliquent en termes de mobilité durable. Qu’en sera-t-il du vélo, mais aussi du transport public, de la voiture et de la moto ? Comment l’évolution des conditions de travail, à distance ou non, souvent plus précaires, jouera-t-elle sur ces déplacements ?

Lien album de photographies Carlos Felipe Pardo : https://www.flickr.com/photos/carlosfpardo/albums/72157714879469126

Référence : Gouëset V., Demoraes F., Robert J., Pereyra O., 2020, Étudier les mobilités durables dans des villes durablement immobilisées par la covid-19… À propos du programme ANR Modural. ⟨hal-03005287⟩

Du COVID’19 dans les poubelles de Ouagadougou

par Issa Sory, confiné à Ouagadougou (Burkina Faso) depuis le 17 avril 2020.

Pour briser la chaine de contamination de la COVID-19, plusieurs mesures barrières ont été diffusées dont : « mouchons-nous avec un mouchoir à jeter immédiatement dans la poubelle ». Cette mesure montre que le « mouchoir » utilisé par un patient atteint de ce virus peut être une source de contamination. Elle a fait le tour du monde et même dans les pays où la gestion des déchets est en partie manuelle, comme dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou.

La gestion des déchets à Ouagadougou met en contact citadins (pré-collecteurs, glaneurs, etc.) et déchets (cf. photo). Jeter les mouchoirs à la poubelle ne signifie pas leur séparation des autres déchets. De plus, le comportement des membres du gouvernement malades de la COVID-19 et la méfiance des burkinabè vis-à-vis des centres de santé, pendant cette période de pandémie, a contribué fortement à l’automédication, au maintien des malades à domicile, augmentant de fait la probabilité d’avoir des mouchoirs infectés par la COVID-19 dans les poubelles des ménages.

Des responsables de groupements d’intérêt économique – concessionnaires des territoires de pré-collecte – ont interpelé sans succès de ce risque de contamination, à travers les médias, leurs clients et les autorités municipales. Aux premiers, ils ont proposé l’utilisation de sacs poubelles tandis qu’ils attendent des seconds du matériel de travail pouvant protéger les pré-collecteurs contre la pandémie.

 

Issa SORY, page (https://www.prodig.cnrs.fr/spip.php?article2759), Email : soryssa@yahoo.fr

Des dotations par l’OMS

Par Nadège Compaoré, confinée à Ouagadougou (Burkina Faso).

(Nadège Compaoré, octobre 2020, Ouagadougou, Burkina Faso)

Cette photographie illustre l’esprit de grande solidarité dans la gestion de la crise sanitaire de la Covid 19 au Burkina Faso. Ce geste noble de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé est une preuve de solidarité qui vise à accompagner le Gouvernement du Burkina Faso à travers son Ministère de la santé, dans la lutte contre la Covid 19. La dotation de l’OMS en image sur cette photographie se compose d’une gamme variée de matériel hygiénique, de protection et de produits médicaux.

Le matériel hygiénique comprend des kits de lave-mains, des cartons de savon liquide (en rose à droite de la photographie) et de gels hydroalcooliques (en vert à gauche de la photographie). Un kit de lave-mains comprend un support (métallique) surmonté d’un récipient en plastique qui contient de l’eau potable. Le matériel de protection contre le Coronavirus mis à disposition par le Ministère de la santé se compose de cartons de cache-nez (ou masques faciales) médicalisés. Tous ces matériels visent à prévenir les risques de nouvelles contaminations de la Covid 19, mais aussi à rompre la chaine de transmission du Coronavirus au sein de la population Burkinabé. Les produits médicaux sont composés de tests Covid et de médicaments pour la prise en charge des personnes infectées. Les tests Covid sont destinés à la réalisation des tests au profit de la population, notamment celle présentant des symptômes de la Covid 19 tandis que les médicaments sont remis au profit des personnes déjà malades du Coronavirus.

Ce geste salvateur est profitable à l’ensemble de la population du pays. Aussi, fut-il très louable et exemplaire pour l’autorité gouvernementale. De telles initiatives doivent être promues et renouvelées pour une lutte efficace face à la progression de l’épidémie. Néanmoins, l’implication de chaque citoyen Burkinabé est plus qu’une nécessité pour maintenir le flambeau dans cette lutte de taille.

Mésange bleue au balcon : « retour de la nature en ville » ou effet social du confinement ?

Par Stéphane Valognes, confiné à Caen (France).

(Stéphane Valognes, avril 2020, Caen, France)

Cette mésange bleue (cyanistes caeruleus, famille des paridés, ordre des passériformes) agrippée à une branche d’anisodontea (Mauve du Cap), photographiée le 27 avril 2020, sur un balcon donnant sur le boulevard Richemond à Caen, proche du jardin des Plantes, pendant le confinement pose question. C’est la deuxième observation de cet oiseau en deux jours, jamais observé auparavant en quatre années de présence en ces lieux pour l’observateur.

Le balcon a été modifié durant le confinement, en privilégiant tomates, herbes aromatiques, radis, salades au détriment des graminées décoratives. La mésange bleue, qui se nourrit de lépidoptères, et granivore au printemps, vient-elle à la faveur de ces micro-changements ou s’agit-il d’un effet social et temporel induit par les politiques publiques sanitaires ?

Le temps contraint et immobile du confinement entraine, avec les réseaux sociaux une multitude d’observations émerveillées et de publications sur le « retour de la nature en ville », « un des effets secondaires les plus inattendus de la crise du Covid-19 » pour l’ornithologue Grégoire Loïs, comportant son lot de « fake news ». La géographe Alizé Berthier fait l’hypothèse que « l’appréciation des oiseaux par les citadins dépend bien d’un « triptyque» citadin-oiseau-territoire ». L’appréciation / observation de la présence de cette mésange bleue (vs l’étourneau à peine entraperçu) n’est-elle qu’une recombinaison de ce triptyque, immobilité du citadin / observateur combiné à la réduction des bruits de la ville, bien plutôt qu’un éphémère retour de la « nature dans la ville » ?

 

Isolés mais autonomes!

Par Laurine Sézérat, confinée au Brésil depuis le 15 mars 2020

(Laurine Sézérat, juillet 2020, Visconde de Mauá, État de Rio de Janeiro, Brésil)

Quand l’épidémie est arrivée au Brésil, je vivais déjà à Visconde de Mauá. J’étais venue m’isoler quelques semaines plus tôt dans ce village niché au milieu des montagnes du Parc National d’Itatiaia pour finaliser l’écriture de ma thèse.

A contre-courant du gouvernement brésilien, le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro a décidé de mettre en place des mesures de confinement strictes. L’accès au Parc a été fermé pour limiter les aller-venus et protéger les habitants des risques d’infection.

Rapidement, l’isolement sur le site où je vis m’a fait prendre conscience que nous ne dépendions de personne. En amont du ruisseau qui longe la maison de ma famille d’adoption, il existe un barrage qui produit de l’électricité et l’eau que l’on boit est captée quelques mètres plus haut, à une source. Tous les jours, ma famille me propose de participer à l’entretien du jardin-potager. En plus de la dizaine d’arbres fruitiers éparpillés sur leur site et du poulailler, leur potager ruisselle de merveilles : salades, couves, carottes, ails, betteraves, brocolis, choux-fleurs, jambu, patates douces, aipims, inhames, fleurs comestibles, etc.

Après des semaines à planter, remuer la terre, arroser, déplanter, replanter, récolter et manger, je m’aperçois que ma relation avec mon environnement et ce que je consomme a changé. Il y a le goût biensûr, la satisfaction évidemment, mais aussi la découverte de la liberté que procure l’autonomie.

Un nouvel agenda urbain adopté à Quito… et après ?

Un nouvel agenda urbain adopté à Quito… et après ?

Commentaire d’un participant à la Conférence d’Habitat III à Quito.

Léandre GUIGMA, architecte-urbaniste.

La troisième Conférence des Nations Unies sur les établissements humains « Habitat III » s’est tenue à Quito en Équateur du 17 au 20 octobre 2016, avec quelque 10.000 participants. Le thème général de la Conférence était « le développement urbain durable : l’avenir de l’urbanisation ? ». Un nouvel agenda urbain (NUA) qui fixe les orientations du développement urbain des 20 prochaines années a été adopté par 197 pays à cette occasion. Ce propos d’un membre de CORUM ayant participé à Habitat III, ouvre ainsi quelques fenêtres de la conférence en faisant ressortir certaines discussions de sessions parallèles ou spéciales en lien avec le nouvel agenda urbain.

Quelle (re)connaissance des quartiers précaires et de leurs résidents ?

Les quartiers précaires, encore appelés « établissements informels », « bidonvilles » ou « quartiers non lotis » selon les contextes, sont cités dans le nouvel agenda urbain avec des termes qui soulignent leur informalité (« informal settlements », « informal settlements dwellers », « slums » cités 20 fois dans le nouvel agenda urbain) ou leur vulnérabilité (« inhabitants espacialy vulnerable » « vulnerable situations » cités 15 fois dans le nouvel agenda urbain). Cette question des quartiers précaires et de leurs résidents a occupé une place prépondérante dans plusieurs sessions notamment de ONU Habitat et de Slum Dwellers International – SDI, lors de la Conférence. Deux sessions parallèles intitulées « Co-production de connaissances sur la diversité dans les quartiers précaires » ont été organisées par l’Agence française de Développement, Cities Alliance et Centre Sud. Lors de ces sessions, des expériences de chercheurs, professionnels, bailleurs, élus locaux et résidents de Birmanie, du Burkina Faso, d’Égypte, d’Haïti et de France ont été partagées. Les acteurs des sessions ont été unanimes sur le principe de « co-production des savoirs » entre chercheurs, professionnels, ONG avec les résidents des quartiers précaires, indispensable pour une meilleure (re)connaissance de ces quartiers et pour signifier la pleine participation des résidents à l’urbanisation des villes. À ce propos, Agnès Deboulet, Professeur au Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement –LAVUE a souligné que « la diversité des quartiers précaires permet de lutter contre les préjugés sur ces quartiers ». Dans le même sens, Armand Beouindé, Maire de Ouagadougou invité a témoigné de l’expérience de Ouagadougou au cours d’une session spéciale de ONU Habitat sur les établissements informels. Il a salué le mérite des résidents des quartiers non lotis en affirmant que « le Programme participatif d’amélioration des bidonvilles a fait des résidents de Bissighin des acteurs de leur propre développement à travers l’identification par eux-mêmes de leurs besoins et la mise en œuvre de projets communautaires ». Comment ces reconnaissances politique et scientifique confortées par le nouvel agenda urbain sont-elles traduites ou visibles sur le terrain ? 

L’informalité, élément structurant des villes d’Afrique ?

Dans des villes où la production urbaine est dominée par l’informalité, Valérie Clerc (Institut de recherche pour le développement-IRD) a demandé « où se trouve la norme ? », lors de la session parallèle sur « la coproduction des connaissances sur la diversité des quartiers précaires ». Au cours d’une session parallèle sur la planification participative, Serge Allou (Cities Alliance) a souligné l’urbanisation rapide des villes d’Afrique (500 millions d’urbains supplémentaires soit 1,3 milliard d’urbains en 2050 en Afrique) et sa future localisation pour près des deux tiers au niveau des villes moyennes, y compris dans leurs quartiers précaires. Selon lui, « le défi de l’informalité a jusque-là été appréhendé de deux manières : le laisser-faire ou le bulldozer. Il faut passer à un stade de reconnaissance de l’informalité comme structurante et non pas chercher systématiquement à la formaliser ». C’est ainsi que la notion de ville inclusive (« inclusive », « inclusivity » cités 36 fois dans le nouvel agenda urbain) pourrait réellement être atteinte.

En effet, au-delà de la reconnaissance de leur mérite par les autorités publiques, certains résidents demandent encore plus. Lors de la session spéciale de ONU Habitat sur les établissements informels, Rose Molokoane (Représentante des résidents des bidonvilles – SDI/Afrique du Sud) a affirmé ceci : « nous ne voulons pas participer, nous voulons être des partenaires à part entière des projets qui concernent nos espaces de vie, notamment sur la définition de politiques d’amélioration de quartiers et leurs mises en œuvre ». Ce dernier discours suscite non pas la simple participation des résidents des bidonvilles à un programme urbain prédéfini, mais leur possibilité d’intervenir et d’agir sur la ville en tant qu’acteurs urbains, à travers la reconnaissance par les autorités publiques de leur droit à la ville ; la ville étant ici considérée comme un « bien commun ». Mais, le nouvel agenda urbain des Nations Unies, tout en encourageant les programmes d’amélioration des bidonvilles en vue de leur intégration à la ville dite planifiée, est resté très sommaire sur la prescription de ce droit à la ville.

Territorialiser le nouvel agenda urbain : un premier pas à franchir 

Le nouvel agenda urbain a été formulé sous forme de visions, de principes partagés et de lignes directrices d’actions à entreprendre par les États signataires. Mais leurs caractères non contraignants ne permettent pas d’apprécier le niveau d’engagement des États et d’évaluer statistiquement leurs mises en œuvre.

Lors d’une session parallèle sur la planification participative à la Conférence Habitat III, J. P. Elong M’Bassi (Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique-CGLUA) déclare : « les plus unis de tous les acteurs urbains sont les gouvernements locaux ». Selon lui, la dimension humaine du nouvel agenda urbain repose sur les autorités locales, qui doivent assurer l’accès aux droits humains. D’où la nécessité « de localiser, de territorialiser le nouvel agenda urbain, de le traduire en des actions concrètes simples à mettre en œuvre par les municipalités ».

À cet effet, des instruments comme le budget participatif permettent de faire tomber le mythe de l’impossible participation citoyenne. Il importe également d’élargir les partenariats sur l’urbain notamment pour satisfaire les besoins d’investissements en infrastructures urbaines (voirie et réseaux divers) et renforcer les capacités des services techniques municipaux.

Désormais, un nouvel agenda urbain existe, des connaissances sur l’urbain dans toute sa complexité sont continuellement produites. Comment assurer le passage de la production de connaissances à l’action ? Comment les actions locales contribuent-elles à la coproduction de la connaissance sur l’urbain ? Chaque acteur de chaque territoire urbain y est interpelé.