Vélo à Bogotá : le Covid comme accélérateur de la mobilité durable ?

par Carlos Felipe Pardo (depuis Bogotá) et Jérémy Robert (en télétravail depuis la France), membres du projet Modural.

(Carlos Felipe Pardo, mars 2020, Bogotá, Colombie)

Début 2020, nous commencions le programme de recherche Modural (https://modural.hypotheses.org/) sur les pratiques de mobilités durables dans les périphéries populaires de Bogotá et de Lima. Ce projet, comme nos terrains d’études, furent frappés de plein fouet par la crise de la Covid-19 qui entraina une transformation brutale et radicale des mobilités quotidiennes. Les pistes cyclables temporaires de Bogotá – mises en place quatre jours avant le confinement pour lutter contre la propagation du virus et la congestion, et reprises dans de nombreuses villes du monde – ont fait l’objet d’un très large traitement médiatique. A l’inverse, les impacts de la Covid-19 sur la mobilité des habitants des quartiers populaires restent peu explorés et sont devenus un des enjeux de notre projet, qui interroge désormais la pérennité de ces changements et ce qu’ils impliquent en termes de mobilité durable. Qu’en sera-t-il du vélo, mais aussi du transport public, de la voiture et de la moto ? Comment l’évolution des conditions de travail, à distance ou non, souvent plus précaires, jouera-t-elle sur ces déplacements ?

Lien album de photographies Carlos Felipe Pardo : https://www.flickr.com/photos/carlosfpardo/albums/72157714879469126

Référence : Gouëset V., Demoraes F., Robert J., Pereyra O., 2020, Étudier les mobilités durables dans des villes durablement immobilisées par la covid-19… À propos du programme ANR Modural. ⟨hal-03005287⟩

Du COVID’19 dans les poubelles de Ouagadougou

par Issa Sory, confiné à Ouagadougou (Burkina Faso) depuis le 17 avril 2020.

Pour briser la chaine de contamination de la COVID-19, plusieurs mesures barrières ont été diffusées dont : « mouchons-nous avec un mouchoir à jeter immédiatement dans la poubelle ». Cette mesure montre que le « mouchoir » utilisé par un patient atteint de ce virus peut être une source de contamination. Elle a fait le tour du monde et même dans les pays où la gestion des déchets est en partie manuelle, comme dans la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou.

La gestion des déchets à Ouagadougou met en contact citadins (pré-collecteurs, glaneurs, etc.) et déchets (cf. photo). Jeter les mouchoirs à la poubelle ne signifie pas leur séparation des autres déchets. De plus, le comportement des membres du gouvernement malades de la COVID-19 et la méfiance des burkinabè vis-à-vis des centres de santé, pendant cette période de pandémie, a contribué fortement à l’automédication, au maintien des malades à domicile, augmentant de fait la probabilité d’avoir des mouchoirs infectés par la COVID-19 dans les poubelles des ménages.

Des responsables de groupements d’intérêt économique – concessionnaires des territoires de pré-collecte – ont interpelé sans succès de ce risque de contamination, à travers les médias, leurs clients et les autorités municipales. Aux premiers, ils ont proposé l’utilisation de sacs poubelles tandis qu’ils attendent des seconds du matériel de travail pouvant protéger les pré-collecteurs contre la pandémie.

 

Issa SORY, page (https://www.prodig.cnrs.fr/spip.php?article2759), Email : soryssa@yahoo.fr

Des dotations par l’OMS

Par Nadège Compaoré, confinée à Ouagadougou (Burkina Faso).

(Nadège Compaoré, octobre 2020, Ouagadougou, Burkina Faso)

Cette photographie illustre l’esprit de grande solidarité dans la gestion de la crise sanitaire de la Covid 19 au Burkina Faso. Ce geste noble de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé est une preuve de solidarité qui vise à accompagner le Gouvernement du Burkina Faso à travers son Ministère de la santé, dans la lutte contre la Covid 19. La dotation de l’OMS en image sur cette photographie se compose d’une gamme variée de matériel hygiénique, de protection et de produits médicaux.

Le matériel hygiénique comprend des kits de lave-mains, des cartons de savon liquide (en rose à droite de la photographie) et de gels hydroalcooliques (en vert à gauche de la photographie). Un kit de lave-mains comprend un support (métallique) surmonté d’un récipient en plastique qui contient de l’eau potable. Le matériel de protection contre le Coronavirus mis à disposition par le Ministère de la santé se compose de cartons de cache-nez (ou masques faciales) médicalisés. Tous ces matériels visent à prévenir les risques de nouvelles contaminations de la Covid 19, mais aussi à rompre la chaine de transmission du Coronavirus au sein de la population Burkinabé. Les produits médicaux sont composés de tests Covid et de médicaments pour la prise en charge des personnes infectées. Les tests Covid sont destinés à la réalisation des tests au profit de la population, notamment celle présentant des symptômes de la Covid 19 tandis que les médicaments sont remis au profit des personnes déjà malades du Coronavirus.

Ce geste salvateur est profitable à l’ensemble de la population du pays. Aussi, fut-il très louable et exemplaire pour l’autorité gouvernementale. De telles initiatives doivent être promues et renouvelées pour une lutte efficace face à la progression de l’épidémie. Néanmoins, l’implication de chaque citoyen Burkinabé est plus qu’une nécessité pour maintenir le flambeau dans cette lutte de taille.

Mésange bleue au balcon : « retour de la nature en ville » ou effet social du confinement ?

Par Stéphane Valognes, confiné à Caen (France).

(Stéphane Valognes, avril 2020, Caen, France)

Cette mésange bleue (cyanistes caeruleus, famille des paridés, ordre des passériformes) agrippée à une branche d’anisodontea (Mauve du Cap), photographiée le 27 avril 2020, sur un balcon donnant sur le boulevard Richemond à Caen, proche du jardin des Plantes, pendant le confinement pose question. C’est la deuxième observation de cet oiseau en deux jours, jamais observé auparavant en quatre années de présence en ces lieux pour l’observateur.

Le balcon a été modifié durant le confinement, en privilégiant tomates, herbes aromatiques, radis, salades au détriment des graminées décoratives. La mésange bleue, qui se nourrit de lépidoptères, et granivore au printemps, vient-elle à la faveur de ces micro-changements ou s’agit-il d’un effet social et temporel induit par les politiques publiques sanitaires ?

Le temps contraint et immobile du confinement entraine, avec les réseaux sociaux une multitude d’observations émerveillées et de publications sur le « retour de la nature en ville », « un des effets secondaires les plus inattendus de la crise du Covid-19 » pour l’ornithologue Grégoire Loïs, comportant son lot de « fake news ». La géographe Alizé Berthier fait l’hypothèse que « l’appréciation des oiseaux par les citadins dépend bien d’un « triptyque» citadin-oiseau-territoire ». L’appréciation / observation de la présence de cette mésange bleue (vs l’étourneau à peine entraperçu) n’est-elle qu’une recombinaison de ce triptyque, immobilité du citadin / observateur combiné à la réduction des bruits de la ville, bien plutôt qu’un éphémère retour de la « nature dans la ville » ?

 

Isolés mais autonomes!

Par Laurine Sézérat, confinée au Brésil depuis le 15 mars 2020

(Laurine Sézérat, juillet 2020, Visconde de Mauá, État de Rio de Janeiro, Brésil)

Quand l’épidémie est arrivée au Brésil, je vivais déjà à Visconde de Mauá. J’étais venue m’isoler quelques semaines plus tôt dans ce village niché au milieu des montagnes du Parc National d’Itatiaia pour finaliser l’écriture de ma thèse.

A contre-courant du gouvernement brésilien, le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro a décidé de mettre en place des mesures de confinement strictes. L’accès au Parc a été fermé pour limiter les aller-venus et protéger les habitants des risques d’infection.

Rapidement, l’isolement sur le site où je vis m’a fait prendre conscience que nous ne dépendions de personne. En amont du ruisseau qui longe la maison de ma famille d’adoption, il existe un barrage qui produit de l’électricité et l’eau que l’on boit est captée quelques mètres plus haut, à une source. Tous les jours, ma famille me propose de participer à l’entretien du jardin-potager. En plus de la dizaine d’arbres fruitiers éparpillés sur leur site et du poulailler, leur potager ruisselle de merveilles : salades, couves, carottes, ails, betteraves, brocolis, choux-fleurs, jambu, patates douces, aipims, inhames, fleurs comestibles, etc.

Après des semaines à planter, remuer la terre, arroser, déplanter, replanter, récolter et manger, je m’aperçois que ma relation avec mon environnement et ce que je consomme a changé. Il y a le goût biensûr, la satisfaction évidemment, mais aussi la découverte de la liberté que procure l’autonomie.

Expo-photo “Manifestations pendant la pandémie de la COVID 19”

Pour échanger sur la période de pandémie que nous vivons, la coordination de CORUM organise une expo-photo.

Ci-après, les contributions des membres de CORUM:

“Vélo à Bogotá : le Covid comme accélérateur de la mobilité durable ?”, par Carlos Felipe Pardo, confiné à Bogotá (Colombie) et Jérémy Robert, confiné en France, depuis le mois de mars 2020.

“Du COVID’19 dans les poubelles de Ouagadougou”, par Issa Sory, confiné à Ouagadougou (Burkina Faso) depuis le 17 avril 2020.

“Isolés mais autonomes!”, par Laurine Sézérat, confinée à Visconde de Mauá (Brésil) depuis le 15 mars 2020.

“Mésange bleue au balcon: “retour de la nature en ville” ou effet social du confinement?”, par Stéphane Valognes, confiné à Caen (France).

“Des dotations par l’OMS”, par Nadège Compaoré, confinée à Ouagadougou (Burkina Faso).

 

Si vous souhaitez également participer à l’expo-photo, merci de nous renvoyer une photo, accompagnée d’un commentaire, selon ce modèle, à l’adresse reseau.corum@gmail.com avant le 15 janvier 2021.

Au plaisir de vous lire!


 

Rencontre annuelle CORUM : Appel à rédaction du projet

Appel à rédaction du projet de la prochaine rencontre annuelle CORUM

Le collectif CORUM cherche à monter une équipe de personnes motivées pour coorganiser la prochaine rencontre annuelle (septembre 2019). La journée portera sur le thème de la mobilité. L’équipe sera composée de 3 – 4 personnes qui porteront ce projet avec le soutien de la coordination.

Deux sujets potentiels ont été identifiés pour la journée annuelle :
Mobilité et justice environnementale. Il s’agit d’interroger la notion de mobilité au regard du concept de justice environnementale (Ascelrad, 2008). Ce concept dénonce, d’une part, des situations d’injustice en relation avec des conditions environnementales et, d’autre part, décrit des initiatives globales et des choix politiques à l’échelle locale qui, avec la notion de développement durable, introduisent l’équité sociale dans la protection de l’environnement, soit la défense du cadre de vie et l’accès aux ressources.

(Im)mobilité urbaine et frontière. Il s’agit d’associer la notion de mobilité / immobilité à celle de frontière, afin de questionner les inégalités socio-spatiales, les mobilités et les transgressions frontalières – traverser, franchir, transgresser, passer – à différentes échelles d’étude. Dans l’espace urbain, ces frontières sont à la fois des lieux de rupture / séparation et des lieux de transition / de connexion. Elles existent tant d’un point de vu géographique, social que culturel. Les surmonter dépend de divers facteurs: physiques, politiques, sociaux, environnementaux, juridiques, économiques, culturels, etc. Ce sujet propose donc l’analyse de ces “expériences mobiles” à l’échelle microlocale du quotidien, à l´échelle méso du quartier ou encore à l´échelle territoriale.

Les personnes intéressées par ce projet sont invitées à se manifester par retour de mail
à l’adresse suivante : reseau.corum@gmail.com avant le 31 janvier 2019.