Isolés mais autonomes!

Par Laurine Sézérat, confinée au Brésil depuis le 15 mars 2020

(Laurine Sézérat, juillet 2020, Visconde de Mauá, État de Rio de Janeiro, Brésil)

Quand l’épidémie est arrivée au Brésil, je vivais déjà à Visconde de Mauá. J’étais venue m’isoler quelques semaines plus tôt dans ce village niché au milieu des montagnes du Parc National d’Itatiaia pour finaliser l’écriture de ma thèse.

A contre-courant du gouvernement brésilien, le gouverneur de l’État de Rio de Janeiro a décidé de mettre en place des mesures de confinement strictes. L’accès au Parc a été fermé pour limiter les aller-venus et protéger les habitants des risques d’infection.

Rapidement, l’isolement sur le site où je vis m’a fait prendre conscience que nous ne dépendions de personne. En amont du ruisseau qui longe la maison de ma famille d’adoption, il existe un barrage qui produit de l’électricité et l’eau que l’on boit est captée quelques mètres plus haut, à une source. Tous les jours, ma famille me propose de participer à l’entretien du jardin-potager. En plus de la dizaine d’arbres fruitiers éparpillés sur leur site et du poulailler, leur potager ruisselle de merveilles : salades, couves, carottes, ails, betteraves, brocolis, choux-fleurs, jambu, patates douces, aipims, inhames, fleurs comestibles, etc.

Après des semaines à planter, remuer la terre, arroser, déplanter, replanter, récolter et manger, je m’aperçois que ma relation avec mon environnement et ce que je consomme a changé. Il y a le goût biensûr, la satisfaction évidemment, mais aussi la découverte de la liberté que procure l’autonomie.



Citer ce billet
ntabet (2020, 17 décembre). Isolés mais autonomes! CORUM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n6ju