Un nouvel agenda urbain adopté à Quito… et après ?

Un nouvel agenda urbain adopté à Quito… et après ?

Commentaire d’un participant à la Conférence d’Habitat III à Quito.

Léandre GUIGMA, architecte-urbaniste.

La troisième Conférence des Nations Unies sur les établissements humains « Habitat III » s’est tenue à Quito en Équateur du 17 au 20 octobre 2016, avec quelque 10.000 participants. Le thème général de la Conférence était « le développement urbain durable : l’avenir de l’urbanisation ? ». Un nouvel agenda urbain (NUA) qui fixe les orientations du développement urbain des 20 prochaines années a été adopté par 197 pays à cette occasion. Ce propos d’un membre de CORUM ayant participé à Habitat III, ouvre ainsi quelques fenêtres de la conférence en faisant ressortir certaines discussions de sessions parallèles ou spéciales en lien avec le nouvel agenda urbain.

Quelle (re)connaissance des quartiers précaires et de leurs résidents ?

Les quartiers précaires, encore appelés « établissements informels », « bidonvilles » ou « quartiers non lotis » selon les contextes, sont cités dans le nouvel agenda urbain avec des termes qui soulignent leur informalité (« informal settlements », « informal settlements dwellers », « slums » cités 20 fois dans le nouvel agenda urbain) ou leur vulnérabilité (« inhabitants espacialy vulnerable » « vulnerable situations » cités 15 fois dans le nouvel agenda urbain). Cette question des quartiers précaires et de leurs résidents a occupé une place prépondérante dans plusieurs sessions notamment de ONU Habitat et de Slum Dwellers International – SDI, lors de la Conférence. Deux sessions parallèles intitulées « Co-production de connaissances sur la diversité dans les quartiers précaires » ont été organisées par l’Agence française de Développement, Cities Alliance et Centre Sud. Lors de ces sessions, des expériences de chercheurs, professionnels, bailleurs, élus locaux et résidents de Birmanie, du Burkina Faso, d’Égypte, d’Haïti et de France ont été partagées. Les acteurs des sessions ont été unanimes sur le principe de « co-production des savoirs » entre chercheurs, professionnels, ONG avec les résidents des quartiers précaires, indispensable pour une meilleure (re)connaissance de ces quartiers et pour signifier la pleine participation des résidents à l’urbanisation des villes. À ce propos, Agnès Deboulet, Professeur au Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement –LAVUE a souligné que « la diversité des quartiers précaires permet de lutter contre les préjugés sur ces quartiers ». Dans le même sens, Armand Beouindé, Maire de Ouagadougou invité a témoigné de l’expérience de Ouagadougou au cours d’une session spéciale de ONU Habitat sur les établissements informels. Il a salué le mérite des résidents des quartiers non lotis en affirmant que « le Programme participatif d’amélioration des bidonvilles a fait des résidents de Bissighin des acteurs de leur propre développement à travers l’identification par eux-mêmes de leurs besoins et la mise en œuvre de projets communautaires ». Comment ces reconnaissances politique et scientifique confortées par le nouvel agenda urbain sont-elles traduites ou visibles sur le terrain ? 

L’informalité, élément structurant des villes d’Afrique ?

Dans des villes où la production urbaine est dominée par l’informalité, Valérie Clerc (Institut de recherche pour le développement-IRD) a demandé « où se trouve la norme ? », lors de la session parallèle sur « la coproduction des connaissances sur la diversité des quartiers précaires ». Au cours d’une session parallèle sur la planification participative, Serge Allou (Cities Alliance) a souligné l’urbanisation rapide des villes d’Afrique (500 millions d’urbains supplémentaires soit 1,3 milliard d’urbains en 2050 en Afrique) et sa future localisation pour près des deux tiers au niveau des villes moyennes, y compris dans leurs quartiers précaires. Selon lui, « le défi de l’informalité a jusque-là été appréhendé de deux manières : le laisser-faire ou le bulldozer. Il faut passer à un stade de reconnaissance de l’informalité comme structurante et non pas chercher systématiquement à la formaliser ». C’est ainsi que la notion de ville inclusive (« inclusive », « inclusivity » cités 36 fois dans le nouvel agenda urbain) pourrait réellement être atteinte.

En effet, au-delà de la reconnaissance de leur mérite par les autorités publiques, certains résidents demandent encore plus. Lors de la session spéciale de ONU Habitat sur les établissements informels, Rose Molokoane (Représentante des résidents des bidonvilles – SDI/Afrique du Sud) a affirmé ceci : « nous ne voulons pas participer, nous voulons être des partenaires à part entière des projets qui concernent nos espaces de vie, notamment sur la définition de politiques d’amélioration de quartiers et leurs mises en œuvre ». Ce dernier discours suscite non pas la simple participation des résidents des bidonvilles à un programme urbain prédéfini, mais leur possibilité d’intervenir et d’agir sur la ville en tant qu’acteurs urbains, à travers la reconnaissance par les autorités publiques de leur droit à la ville ; la ville étant ici considérée comme un « bien commun ». Mais, le nouvel agenda urbain des Nations Unies, tout en encourageant les programmes d’amélioration des bidonvilles en vue de leur intégration à la ville dite planifiée, est resté très sommaire sur la prescription de ce droit à la ville.

Territorialiser le nouvel agenda urbain : un premier pas à franchir 

Le nouvel agenda urbain a été formulé sous forme de visions, de principes partagés et de lignes directrices d’actions à entreprendre par les États signataires. Mais leurs caractères non contraignants ne permettent pas d’apprécier le niveau d’engagement des États et d’évaluer statistiquement leurs mises en œuvre.

Lors d’une session parallèle sur la planification participative à la Conférence Habitat III, J. P. Elong M’Bassi (Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique-CGLUA) déclare : « les plus unis de tous les acteurs urbains sont les gouvernements locaux ». Selon lui, la dimension humaine du nouvel agenda urbain repose sur les autorités locales, qui doivent assurer l’accès aux droits humains. D’où la nécessité « de localiser, de territorialiser le nouvel agenda urbain, de le traduire en des actions concrètes simples à mettre en œuvre par les municipalités ».

À cet effet, des instruments comme le budget participatif permettent de faire tomber le mythe de l’impossible participation citoyenne. Il importe également d’élargir les partenariats sur l’urbain notamment pour satisfaire les besoins d’investissements en infrastructures urbaines (voirie et réseaux divers) et renforcer les capacités des services techniques municipaux.

Désormais, un nouvel agenda urbain existe, des connaissances sur l’urbain dans toute sa complexité sont continuellement produites. Comment assurer le passage de la production de connaissances à l’action ? Comment les actions locales contribuent-elles à la coproduction de la connaissance sur l’urbain ? Chaque acteur de chaque territoire urbain y est interpelé.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.