CORUM2016-Jacques Yomb

La dynamique des acteurs locaux dans la production durable d’un quartier urbain

Par Dr. Yomb Jacques, Université de Douala- Cameroun.

Résumé :

Face à l’incapacité des pouvoirs publics à subvenir aux besoins des habitants des quartiers en milieu urbain en général et dans les quartiers difficiles en particulier, les acteurs locaux afin de participer à l’amélioration de leurs conditions de vie vont asseoir des stratégies spécifiques. Une observation faite au quotidien démontre que ses espaces sociaux bien que situés en milieu urbain sont dans l’ensemble déconnectés des réseaux urbains. L’objectif de cette recherche est d’analyser les conduites éco-citoyennes développées par les habitants du quartier BEDI (haute tension) et CCC au Cameroun dans la participation à la production d’une ville durable. Pour mener à bien notre réflexion, les interrogations suivantes ont été formulées : Comment les acteurs locaux d’un quartier peuvent-ils participer au développement d’un espace durable en milieu urbain lorsqu’ils n’ont pas les mêmes capitaux socioéconomiques ? Autrement dit comment les acteurs urbains peuvent-ils participer durablement au développement urbain dans les conditions difficiles ? Bref, comment construire un lien social durable entre les acteurs locaux dans un contexte où l’Etat ne se considère plus comme un « vache à lait » et donc la responsabilité du bien être revient aux locaux ? Le cadre théorique est articulé autour de la participation qui stipule que le développement durable nécessite de l’implication de l’ensemble des acteurs en présence. Les résultats montrent que : a) La journée du jeudi matin est consacrée à l’investissement humain avec la participation de l’ensemble des habitants ; b) il ya une modification dans la gestion des temps sociaux des locaux ; c) n’étant pas raccordé au réseau national de ramassage des ordures, les populations se mobilisent pour les décharger vers les lieux de passage de HYSACAM ; d) l’éclairage public est assuré par les locaux à travers les mécanismes de participation bien déterminés ; e) le défrichage et le sarclage des espaces publics sont assurés par les populations locales ; f) les conduites déviantes sont observées malgré la volonté des uns et des autres de mettre sur pied un développement durable ; g) le lien social est dynamique (coopératif et conflictuel) ; h) la sécurisation du quartier promeut de nouvelles activités socioéconomiques.

Mots clés : Acteurs locaux- lien social- développement local- espace durable- participation- quartier durable


Introduction générale

 Dans un contexte marqué par la décentralisation dans la gouvernance locale d’une part et d’autre part l’impact des politiques d’ajustement structurels imposées par les institutions de Brettons Wood, les populations locales mettront relativement sur pied des stratégies à même capable de participer à leur bien être. Partout au Cameroun, on observera un foisonnement d’organisation dont l’objectif déclaré est de suppléer l’état dans sa construction du développement territoriale. Cette réponse fait suite à une dégradation des conditions de vie des individus qui pour certains n’ont pas accès aux services sociaux de base. A Douala par exemple, ville dans laquelle se déroule la présente étude, les observations faites montrent que certains quartiers sont qualifiés de difficiles. Ils sont caractérisés par une absence permanente de l’eau potable, des structures sanitaires, une gestion approximative des déchets ménagers. Bien que les actions allant dans le sens de la participation soient observées dans plusieurs quartiers de la ville de Douala, l’appropriation du développement durable demeure une équation complexe et dynamique. Dans ce contexte de développement durable et de pauvreté urbaine, la participation à la construction du bien être n’est plus considérée comme la chasse gardée d’une minorité et appelle impérativement à l’implication de tout un chacun pour la protection de son milieu de vie. Cette problématique sur la question de la préservation de l’environnement répond ainsi aux principes du développement durable, développement qui selon le rapport Brundtland commandé par les nation-unies en 1987 « répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Il est cependant remarqué que la prise en charge de transformation d’un espace de vie ne se fait pas toujours sans heurts au regard de la multiplicité des enjeux et de intérêts des uns et des autres qui ne sont pas toujours coopératifs. « Le local », légitimé politiquement par de nouveaux dispositifs nationaux ou internationaux, s’est institutionnalisé dans le cadre de nouvelles démarches d’action publique. Les politiques d’aménagement du territoire « classiques », basées sur la définition administrative des territoires et sur des modèles centralisés et descendants de l’action publique, ont montré leurs limites (incapacité à résoudre les inégalités entre territoires, gestion politique trop lourde, faible responsabilisation des acteurs locaux dans les projets d’aménagement, etc.). Constat est également fait, dans un tout autre genre, que les actions autonomes engagées par des acteurs locaux en opposition ou en résistance de pouvoirs centraux hégémoniques ont également perdu partie de leur expression en raison notamment de la progression du référent démocratique. Aujourd’hui, l’action publique qu’elle soit relative au milieu rural ou au milieu urbain, s’organise selon une autre conception du territoire et du local accordant plus de place à la répartition des responsabilités entre les acteurs publics, privés et associatifs, à l’expérimentation de nouveaux modes de gestion territoriale, à la négociation entre les acteurs situés aux différentes échelles de gouvernance infra et supra‐nationale. Le local, souvent substitué par le territorial, est, dans cette optique, venu justifier l’introduction de nouveaux modèles et instruments politiques, ou plutôt de nouvelles méthodes de mise en œuvre de l’action publique par le bas. Il vise souvent à mobiliser durablement les acteurs d’un territoire autour d’un projet à la fois économique, institutionnel, social et culturel. Face à cette situation, les interrogations suivantes ont été formulées : Comment les acteurs locaux d’un quartier peuvent-ils participer au développement d’un espace durable en milieu urbain lorsqu’ils n’ont pas les mêmes capitaux socioéconomiques ? Autrement dit comment les acteurs urbains peuvent-ils participer durablement au développement urbain dans les conditions difficiles ? Bref, comment construire un lien social durable entre les acteurs locaux dans un contexte où l’Etat ne se considère plus comme un « vache à lait » et donc la responsabilité du bien être revient aux locaux ? L’analyse des dynamiques de circulation et d’appropriation des modèles de développement local s’appuiera sur des travaux empiriques à partir d’enquêtes de terrain situés dans des contextes diversifiés (deux quartiers différents) (UMR ART‐DEV, 2013)[1]. Pour mener à bien la présente étude, le travail a été divisé en trois parties reparties ainsi qu’il suit : la première partie est réservée au cadre conceptuel et théorique : la seconde à la présentation de l’espace d’étude et à la méthodologie : la troisième analyse les mécanismes d’actions publiques mises sur pied par les acteurs locaux pour asseoir leur développement, mais un développement durable.

  1. Cadre conceptuel et théorique

Afin d’éviter des confusions dans la compréhension de certains concepts dans la présente analyse, il est nécessaire que certains de ces concepts soient définis à l’avance. Le développement local est un concept riche de par les différentes conceptions dont elle fait production dans les différents échanges. De ce fait, plusieurs définitions en existent en fonction des approches et de l’angle idéologique. Il est défini comme étant un processus de diversification et d’enrichissement des activités économiques et sociales sur un territoire, à partir de la mobilisation et la coordination des ressources et de ses énergies » (Xavier Greffe, 1997)[2]. Pour le PNUD (1998)[3], «  c’est l’œuvre de réalisation visant à améliorer d’une manière durable les conditions de vie de populations résidant dans un espace déterminé, sur les plan institutionnel, géographique ou culturel » (PNUD, 1998)[4] De manière générale, on s’accorde à dire que le développement local est l’expression d’une solidarité créatrice de nouvelles relations sociales et de la volonté des habitants d’un territoire (espace social) de valoriser les richesses locales (au sens large) en faveur du développement économique, social, et culturel. Bref, le développement local est un processus grâce auquel la communauté participe au façonnement de son propre environnement dans le but d’améliorer la qualité de vie de ses résidents (Yomb, 2012)[5]

Le cadre théorique est essentiellement bâtit sur la participation, car dans un contexte marqué par une incapacité des pouvoirs publics à améliorer significativement le quotidiens des urbains, seule une implication et une appropriation de leur espace de vie est indiqué dans le développement local. Cette théorie stipule qu’en impliquant les habitants d’un quartier par exemple dans la socioéconomie de leur environnement, le processus de développement est durable, c’est pour cette raison qu’elle « requiert l’implication, voir l’engagement collectif de la communauté dans une série d’action collective sur la base des valeurs partagées et sur la coopération des gens à tous les niveaux du corps social et part du principe de la communauté d’intérêt » (Lammarink et Woffers, 1998)[6]. Cette politique de prise en charge leur environnement ne conduit pas l’espace étudié à l’autarcie, mais à une articulation des dynamiques endogènes et exogènes. Une autorégulation conjointe entre les savoirs savants et les savoirs traditionnels entre les acteurs en présence.

  1. Méthodologie et espace d’étude

La méthode utilisée est essentiellement qualitative, ceci se justifiant par le fait que loin de s’intéresser aux déterminants et leurs impacts sur l’environnement, nous évaluons plutôt les stratégies mises sur pied par les acteurs locaux dans la gestion de leur environnement. Autrement dit, il est question d’évaluer les processus de construction et les mécanismes d’adaptabilité que les populations des quartiers étudiés mettent en exergue pour transformer leur cadre de vie. Pour atteindre cet objectif majeur, un guide d’entretien a été construit pour les acteurs locaux ayant participé aux actions de développement. Il s’agit de tenter d’accéder à la subjectivité des acteurs en présence, c’est-à-dire, leurs sentiments et significations subjectives. En d’autres termes, le sens que les individus attachent à leurs comportements, des éléments qui sont difficile à cerner par la démarche objectivante. Partant du fait qu’il est question de comprendre le processus de construction qui est parfois dissimulé au sein des petits groupes de par la division sociale du travail. Nous avons également fait recours à l’ethnographie de terrain adaptée pour étudier des groupes trop restreints pour faire l’objet d’une étude quantitative. Autrement dit, elle permet d’analyser des phénomènes microsociologiques adaptés en particulier dans le cadre d’approches interactionnistes. A cet effet des supports monographiques s’attèlent à soutenir les réalités du terrain pour asseoir une approche inductive et tirer des conclusions générales.

La commune d’arrondissement de Douala 5ème a été créée par le décret présidentiel du 25 novembre 1993, éclatant la commune de Douala 3ème. Elle est logée à 30 km de la rive de l’océan atlantique, au fond du golfe de Guinée. S’étendant sur 210 km2 environs, elle a la particularité d’être à la fois urbaine et rurale. Cette commune d’arrondissement compte plus de 1.000. 000 d’habitants repartis sur 58 quartiers et villages. Du fait de sa position géographique, cet arrondissement offre d’énormes opportunités d’affaires, notamment un secteur éducatif très fournis par des lycées, collèges et centres de formation. L’espace rural qui représente 40% de la superficie totale de la mairie, vie essentiellement de l’agriculture, de la pêche artisanale, de l’extraction et de la commercialisation du sable.

  1. Les mécanismes de construction et production des quartiers durables

Dans les quartiers ci- dessus mentionnés, les populations vivent dans les conditions précaires et très sont en marge des stratégies de développement mises sur par les aménageurs. Ils sont marqués dans l’ensemble par un secteur informel avec un habitat informel non sans conséquence dans la mobilité et la sécurisation des habitants. Dans le souci d’améliorer leurs conditions de vie, les acteurs locaux vont entreprendre des actions afin d’asseoir un développement durable qui soit entretenu par leurs propres moyens. Pour le premier cas, nous prendrons le quartier « Bedi » dans sa politique de l’assainissement public avec le projet « jeudi propre » et le quartier « CCC » dans la production de l’éclairage public.

3.1. Présentation des projets dans la production des quartiers durables : les cas de « Bedi » et de « CCC »

3.1.1. Le projet « du jeudi propre » à Bedi

Dans l’incapacité d’assurer la sécurité en termes d’assainissement dans les quartiers difficiles, les populations de l’arrondissement de Douala 5ème sont contraintes à observer une période d’inactivité marchande tous les jeudis matin, projet intitulé, « jeudi propres ». De huit (8h) à onze (11h) du matin, les populations du dit arrondissement sont amenées à rendre vivable et viable leur environnement de vie de manière durable. Aussi la question de la préservation de l’environnement ne semble plus se limiter aux actions entreprises par chacun pour sauvegarder son espace de vie, mais fait aussi appel aux notions d’éducation et surtout en interpellant les uns et les autres sur les avantages et les bienfaits du maintien d’un cadre de vie indiqué dans l’arrondissement en général et le quartier Bedi en particulier. Dans cette problématique majeure du développement durable, la notion d’écocitoyenneté, une conscience qu’a le citoyen d’appartenir à un milieu ou un environnement donné. Autrement dit, il s’agit du développement des valeurs inhérentes à son environnement qu’il perçoit d’ailleurs comme un patrimoine, une donnée importante qu’il devra préserver. C’est à partir de ce projet que, « chaque jeudi matin, je suis obligé comme les autres voisins de marquer un temps d’arrêt dans mon commerce. Je me dois de faire la propreté aux alentours de mon activité. Ça m’évite les ennuis parce que lorsque rien n’est fait, les agents de la communauté vont fermer la boutique et m’amender » (Joseph, le 23 novembre 2015). Au-delà de cette perception de l’écocitoyenneté comme appel à la solidarité, à la mobilisation quotidienne de chacun pour la protection de son cadre de vie, a la prise en conscience de l’appartenance à un environnement et dans une certaine mesure au développement d’un quelconque chauvinisme, le développement durable en général et l’ écocitoyenneté questionne aussi les formes de rapports, de liens sociaux qui existent entre citoyen le type d’échange qui existe et aussi la dimension fondamentale de leur rapport ou du lien social (Giolitto et Clary, 1994)[7].

3.1.2. Appropriation de l’éclairage public au quartier CCC et présentation du CANADEL

Comme mentionné plus haut, l’étude est menée sur le lieu dit l, CCC (Complexe Chimique Camerounais). Le nom de ce quartier vient d’une usine de fabrication de savon dont le nom est le CCC. Il est divisé en de 9 (neuf) blocs plongé dans une insécurité non négligeable. Voulant mettre fin à cette situation, les acteurs locaux feront appel au CANADEL en mettant sur pied, le conseil du développement du quartier du quartier CCC (CODEQC3). Le sigle CANADEL signifie centre d’Accompagnement de Nouvelles Alternatives du Développement Local. C’est une organisation non gouvernementale à but non lucratif de nationalité Camerounaise. Elle a pour missions de générer une dynamique du développement local pour s’autogérer au niveau du quartier afin de favoriser l’implication de chaque homme, femme et jeune habitant le quartier et ce dans toutes les initiatives de transformation de leur cadre et condition de vie. Le but de cette ONG est de faire du développement participatif une réalité dans le quartier en amenant les populations à être davantage actrices que bénéficiaires de sa transformation sociale, économique et culturelle. Ses objectifs sont divers à l’instar de la lutte contre le chômage, l’insécurité à travers l’éclairage public et les comités d’autodéfense, l’accès à l’eau potable et aux microcrédits. Mais de par la participation des acteurs locaux, les besoins ont été hiérarchisé et avec comme préoccupation majeure l’éclairage public, suivi respectivement de l’accès à l’eau potable, ouverture des microfinances pour que les ménages aient accès aux microcrédits, le drainage des caniveaux etc. De commun accord, il a été décidé entre les populations locales, les responsables du projet et les autorités administratives, l’installation de vingt sept lampadaires pour l’éclairage public dont trois par bloc.

  1. La dynamique de la construction des quartiers durables et les nouvelles conduites socioéconomiques.

 Indépendamment des deux quartiers étudiés, les projets ci-dessus mentionnés ont eu un impact non négligeable dans la construction des dits espaces. Comme indicateur d’amélioration des conditions de vie dans la production des quartiers durables, nous évaluerons la gestion des ordures ménagères, le défrichage et le sarclage, l’éclairage public, la sécurisation des quartiers, la naissance de nouvelles activités socioéconomiques et la dynamique la gestion des temps sociaux

4.1. La gestion des ordures ménagères et les pratiques de l’investissement humain

Le développement de l’économie circulaire a un impact dans la gestion des déchets urbains à Douala en général et dans les espaces étudiés en particulier. N’étant pas raccordé au réseau national de ramassage des déchets à cause d’une urbanisation anarchique comme partout ailleurs dans les grandes villes camerounaises, les populations de Bedi ont mis sur pied des mécanismes de ramassage des ordures ménagères pour éviter la pollution de l’environnement et favoriser la stagnation des eaux devant favoriser le développement des larves de moustique. Dans cet exercice, les associations du quartier sont soutenus par les certaines élites locales d’une part et d’autre part, par la communauté urbaine et la commune d’arrondissement. Les camions de la société hygiène et salubrité du Cameroun (HYSACAM) ne pouvant y accéder, le transport de ceux-ci est articulé sur deux actions majeures articulé sur une division sociale du travail systématisée ; d’abord, les ordures sont collectées dans les tréfonds du quartier dans un premier temps et transportées par la suite vers les bacs à ordures des lieux de passage de la société mentionnée ci-dessus. « C’est nous-mêmes qui sommes responsable de cette situation, nous construisons à tord et à travers et conséquence, nous sommes parfois délaissés par les pouvoirs public qui n’ont pas toujours les moyens de procéder aux casses et d’indemniser par la suite les personnes concernées » (Yves, Bedi, novembre 2015). Le transport des ordures est réalisé avec à travers les brouettes, les pousses pousses, entassées avec les pioches et les pelles etc. Cette phase première est précédée par une exploitation des déchets avec des acteurs en présence aux portraits sociologiques complexes et divers explicitée dans le tableau suivant :

             Variables

 

Réseaux

Principales

Catégories

D’acteurs

Place dans le

processus

global

Phases du

Processus

Niveau s’insertion de la

division

du travail

Producteurs a)les ménages

b) les marchés

c) les différentes formes d’entreprises et structures de production de déchets

La production des déchets multiformes  

 

a) Contacte les récupérateurs
Récupérateurs a)- Trieurs

b)-Collecteurs

Récupération des

matières

premières

a)- triage

b)- stockage

a)-Contacte fournisseurs

b)-Fouille/ramassage

Transformateurs a)- Soudeurs métalliques

b)-Les forgerons

c)- Apprentis

Transformation en

produits finis ou

semi-finis

a)- découpage fer

b)-Assemblage

c)-Fonte et moulage

a)-Fabrication séries

b)-Transformation

c)-Apprentissage

Distributeurs a)- Distributeurs

machines

b)-Distributeurs

outils ménagers

Distribution des

Produits fabriqués

a)- Vente au marché

b)- Vente porte à porte

a)-Accès au marché

public

b)-Accès réseaux clientèle

Source : Adapté de Ekomo et Tefe en 2007[8] et nos propres enquêtes

Loin de viabiliser exclusivement l’espace de vie du quartier étudié, les ordures sont devenues de véritables enjeux dans la lutte contre la pauvreté locale et le renforcement de lien social dans la socioéconomie. La socioéconomie de l’itinérance porte sur l’organisation sociale d’une économie fondée sur une forte mobilité des personnes et des marchandises, le caractère aléatoire des liens marchands ainsi que la fragilité du lien social. Lorsque la socioéconomie de l’itinérance s’applique aux petits métiers, elle renvoie aux formes plurielles d’exclusion, de camouflage, de marginalisation des catégories sociales névralgiques » (Ekomo et Tefe, 2007)[9]. Ces conduites relativement écocitoyennes ont amélioré le quotidien des locaux dans l’écoulement des eaux de pluie qui ont provoqué par le passé d’importantes inondations et attristées certaine familles. « Avant que nous ne commencions ces actions, le début des saisons pluvieuses marquait les inondations et le développement des maladies telles que le paludisme. Maintenant, nous n’avons plus ce problème, nous remblayons constamment nos routes pour nous-mêmes d’abord. Ce sont tous les habitants du quartier qui bénéficient de ces actes ». A côté de des actions qui améliorent le quotidien des habitants dudit quartier, et à la suite du projet « jeudi propre », les séances d’investissement humain sont organisées tous les dimanches matins. Les pistes internes du quartier sont sarclées, désherbées pour faciliter la mobilité des uns et des autres indépendamment des temps sociaux et donner ainsi un autre visage au quartier.

4.2. L’éclairage public dans la production du quartier CCC

La mise sur pied de l’éclairage public dans le quartier CCC a profondément modifié les conduites des acteurs locaux dans la production et la gestion durable de leur espace de vie. Le projet d’éclairage public qui a pour objectif de contribuer à lutter contre l’insécurité touche une question important de la problématique des villes en Afrique noire. Car la plupart des auteurs s’accordent à dire que le taux élevé de criminalité en milieu urbain s’explique largement aussi par la faiblesse de l’éclairage public. Depuis des décennies les acteurs locaux s’attèlent à apporter des réponses durables face à l’urbanisation pas toujours maitrisée par les pouvoirs publics dans leurs politique d’aménagement. La dynamique du projet de CCC montre bien que les populations locales sont à même capables d’apporter des réponses durables. Au-delà des problèmes considérables qu’il leur faut tenter de surmonter, les villes camerounaises et le quartier CCC sont des espaces de l’échange marchand, des lieux d’accumulation du capital, de brassage et d’innovation, des pôles de développement. Les effets les plus visibles du projet dans le quartier se manifestent à travers les réalités suivantes : Dans les carrefours du quartier il ya une prolifération des de petites activités relatives au commerce informel. Dans un environnement aussi concurrentiel, la majeure partie des habitants du dit quartier n’ont pas toujours les moyens pour concurrencer ceux des commerçants des marchés formels de l’arrondissement. Ce petit commerce bien qu’informel et à la limite de survie, alimente le quotidien des différents ménages. Il est cependant observé dans une approche genre qu’il est exercé majoritairement par les femmes avec un impact dans la durabilité du lien social. « Depuis qu’on a installé les lampadaires au carrefour, je fais du petit commerce. Je vends chaque soir les beignets et le haricot. La clientèle est là et ça m’aide beaucoup. Je ne suis plus dépendante de mon mari. Je peux désormais entreprendre certaines actions sans lui demander » (Evelyne, quartier CCC). Cet état de chose a un impact auprès des jeunes, qui pour certains pour sécuriser leurs espaces de vie par les pratiques de l’autodéfense rémunérés mensuellement. Loin de bénéficier d’un salaire digne de ce nom, la contribution des ménages permet à ces jeunes de satisfaire quelques uns de leurs besoins basiques et qui sont parfois pour eux une stratégie de diversification des sources de revenues. « Je suis vendeurs dans une boutique chinoise en ville et je gagne presque rien du tout. Le soir je m’entends avec les autres jeunes du quartier pour organiser la ronde et depuis, on dénombre de moins en moins de coups de vol dans notre quartier » (Jacob, quartier CCC). L’éclairage public a ainsi renforcé les échanges entre les acteurs locaux et réduit la pénibilité dans la satisfaction de certains besoins ou l’accès à certains services. Toujours dans le but d’assurer le bien être des populations, des bancs publics même sans couvert végétal ont été installé dans certains carrefours du quartier impactant ainsi la gestion sociale du temps.

Le temps qui était jusque là réservé exclusivement aux activités ménagères est désormais partagé avec d’autres activités. On assiste donc à une dynamique des temps qui s’articule désormais au temps du commerce avec une réduction profonde du temps de sommeil et du temps de suivi et de l’encadrement des écoliers et élèves au sein des ménages. « Je ne peux plus m’occuper de mes enfants comme avant, il faut bien que je vende pour améliorer aussi leur condition de vie. Le salaire de mon mari n’est pas toujours suffisant pour nous tous » (Adèle, quartier CCC). La mobilité vers les centres urbains est également permanente dans ce sens où la crainte à de possible agression dans le quartier s’estompe au profit de la sécurité induite par les lampadaires installés dans les différents blocs du quartier. Les mécanismes de fonctionnement du projet dans le but de construire un lien social durable est ainsi articulé :

Description du projet Indicateurs objectivement vérifiables Sources de vérification
Objectif général  contribuer à lutter contre l’insécurité à travers l’éclairage des zones obscures du quartier Taux d’insécurité réduit de 40% au moins

Nombre de points obscurs réduits de moitié

Témoignage

Photos

Rapports

Objectifs spécifiques

– sensibiliser les populations sur les questions de l’insécurité dans le quartier

– installer les lampadaires en des endroits obscurs identifiés dans le quartier

– mettre en place un mécanisme de sécurisation

Participation des populations : montant des contributions ; au moins 10% du budget ;

Au moins 70% des populations adhèrent au projet et assurent sa pérennisation

Témoignages

Photos

Rapports

Liste des personnes touchées

Liste des membres

Résultats attendus

– lampadaires installés et sécurisés dans le quartier en des endroits particulièrement obscurs

– les ruelles du quartier CCC sont mieux éclairées, les cachettes des délinquants sont réduites et le taux des agressions a baissé

Vingt sept lampadaires installés soit trois par bloc

L’éclairage des ruelles de CCC est amélioré de 50%

Témoignages

Photos

Plan de localisation des sites

Activités

– sensibilisation

– Formalités administratives

– Installation des lampadaires

– Suivi et gestion

Les propriétaires des lieux donnent leur accord écrit

Une liste des techniciens retenus est publiée

Vingt sept lampadaires sont installés dans le quartier

Rapports

Photos

Témoignage

Source : Etude menée par les étudiants de Master 2 de sociologie et adapté de Yomb en 2014

4.3. Les freins à la production des quartiers durables et dynamique du lien social   

Les villes africaines en général et camerounaises sont particulières. Cette particularité se manifestant par le fait qu’au quotidien, les conduites des acteurs locaux ne sont pas toujours différentes de celles des campagnes. Il ya pour ainsi dire, une inculture des citadins qui freine fondamentalement le développement durable des villes en général et des quartiers en particulier. L’arrivée sans cesse des migrants venus d’horizons divers à la recherche d’un bien être est un frein au développement durable surtout lorsque ceux ne disposent pas de capitaux nécessaires pour leur intégration socioéconomique en ville. Les pratiques des campagnes (élevage et agriculture autour des maisons domestique, gestion anarchique des ordures ménagères) sont ainsi reproduites sans que la culture urbaine ne soit réellement prise en compte. « Tout se passe comme si les agglomérations urbaines étaient en réalité une succession de gros villages» (Ela, 1983). Cette fragmentation et hétérogénéisation des territoires urbains conduisent à une compétition croissante des acteurs publics, privés et des citadins pour l’accès aux ressources. Des tensions éclatent de par les parcours variés des acteurs aux différentes étapes de la construction de la ville, de la conception à la réalisation, notamment à l’occasion de projets d’aménagement. Afin de réduire les inégalités d’accès à la ville, face à ces tensions et à ces compétitions, des modes de gouvernance, institutionnelles ou non, se mettent en place afin d’asseoir des adaptabilités devant participer à la production de l’espace urbain (Calenda, le mardi 26 juin 2012,  la ville inégalitaire : espaces contestés, gouvernances en tension »). Dans un même quartier, les conduites des acteurs locaux projettent deux modes de vie aux pratiques quotidiennes diamétralement opposées, ceci se justifiant par le fait que même dans les quartiers difficiles, les revenues ne sont pas toujours les mêmes. La gestion anarchique du foncier et le pouvoir financier a conduit à l’appropriation de surface importante par les classes moyennes à la quête d’un nouvel espace pour imposer et exposer la puissance de leurs différents capitaux. Ces tensions résultent notamment de conflits d’usage et d’intérêts entre les acteurs urbains et de l’évolution des projets urbains ou des opérations d’aménagement, du décalage existant entre la ville projetée et la ville réalisée. L’éclairage étant un actant important dans la lutte contre l’insécurité, de nombreux déviants ont vandalisés les installations obtenues auprès du projet CANADEL.

Le lien social dans le cadre de la production des quartiers durables est à la fois coopératif et conflictuel entre les acteurs en présence. Lorsque que les acteurs locaux partagent l’idée selon laquelle la réussite du projet passe par l’implication de tout un chacun sans discrimination aucune, la division sociale du travail est acceptée et assumée. Dans ce cas, on s’inscrit dans la coopération, la solidarité et le consensus. Cet état de chose s’explique par les contributions effectives des habitants du quartier dans la gestion du projet et même pour le paiement des agents de sécurité. Pour les uns et les autres, le développement du quartier ne peut durablement prendre son envol qu’avec la participation dans l’articulation des connaissances traditionnelles et savantes[10]. « Franchement la mise sur pied de ce projet a été pour tous les habitants une manne du ciel. On vie de plus en plus en paix ici sans toutefois désirer les personnes qui vivent dans les centres urbains où il ya plus d’effets sonores. Le sous préfet nous avait même rendu visite pour constater de lui même les avancées en terme de développement dans notre quartier » (Huguette, quartier CCC, novembre 2015). Par contre lorsque le lien social est conflictuel, certains acteurs en présence remettent en cause la gestion du projet pour des raisons diverses. Pour les personnes dont les pratiques déviantes nocturnes sont la seule source de revenue, l’entretien du projet et la multiplication des lampadaires dans les différents blocs du quartier portent atteinte à leurs activités. Le rejet du projet par certaines personnes et la disparition de certaines lampadaires sont bien la preuve que le projet a dans cet espace rencontré des personnes réfractrices au développement local. «  Moi je ne vois pas ce qu’on gagne avec cette affaire. Au contraire, ça nous attire une attention inutile de la part des pouvoirs publics. Il faut désormais payer les impôts et les gendarmes qui circulent dans la nuit commencent aussi à s’intéresser à nous pour rien. Il faut également dire que les gens ne dorment plus parce que les veillées sont de plus poussées » (Hugor, quartier CCC, novembre 2015). Tout ceci témoigne d’une mutation non négligeable dans la construction du développement urbain. Ce dernier étant complexe dans sa construction, il n’en demeure pas moins que les conduites des acteurs locaux tant dans le projet du « jeudi propre » de bedi et de « l’éclairage public du quartier CCC » ont qualitativement et quantitativement provoqué une mutation profonde. Cette mutation de la durabilité est évaluée dans le tableau suivant :

Les dimensions des projets Les impacts socioéconomiques Les indicateurs
 

 

 

 

 
La dimension sociale

Baisse du taux d’insécurité Les actes de violence 58%
Le niveau de sécurité 38%
Le sentiment de sécurité 67%
La cohésion sociale La vie associative 35%
Le nombre de nouvelles relations 19%
Résultat du taux de cohésion 27%
L’éveil de la population Attitude en cas de vol 69%
Connaissance des personnes à contacter en cas de vol 58%
Résultat du taux d’éveil  élevé 67%
L’épanouissement de la population Sortie de nuit : 12%
Banc de touche 61%
 

 

 

 

 
La dimension économique

 

 

Les activités de rentables créées

– Activités crées 58%

Avec comme taux d’activité avant installation des lampadaires de 20%. Si nous faisons la différence cela nous donne un taux de création de 38%.

 

 

 

Les avantages économiques

– Avantage économique

19% des personnes interrogées estiment tirer un avantage économique de l’installation des lampadaires, 23% estiment tirer un avantage autre tel la diminution de l’obscurité, et l’augmentation de la sécurité.

       Source : résultat d’une enquête menée par le laboratoire de sociologie en 2014 et nos propres enquêtes

Le tableau ci-dessus montre les différentes mutations survenues dans les quartiers étudiés dans leur production durable. Tous les secteurs sont ainsi impactés dans la construction de la réalité sociale. Ainsi, sur le plan social, une baisse du taux d’insécurité est observée à travers une baisse d’actes de violences de l’ordre de 58%, le développement d’un sentiment de sécurité de l’ordre de 67%, sans toutefois oublier le niveau de sécurité renforcé par le passage de plus en plus observé des forces de l’ordre et les groupes d’autodéfense. La cohésion sociale est également renforcée à travers le renforcement de la vie associative, soit 35%. Cette innovation se justifiant par le fait que la construction d’un sentiment de sécurité et les rencontres dans le cadre du comité de gestion avec les nouvelles et les nouveaux ménages ont renforcé le sentiment d’appartenance entre les acteurs locaux. Ces différentes interactions ont eu un impact sur la construction de l’éveil de la population en termes de connaissance des personnes devant agir au nom de la sécurité publique. Les deux indicateurs compilés nous donnent un taux d’éveil assez élevé, soit 67%. Dans la gestion du temps social, les acteurs locaux construisent également des échanges sociaux sur les bancs de touche (espèces de bancs publics) construits à cet effet pour les repos, les conversations plus intimes et même pour la sécurisation du quartier. Sur le plan économique, plusieurs activités ont été entreprises par les acteurs locaux dans le but d’améliorer leurs conditions de vie et réduire ainsi le temps relatif à la mobilité relatif à la recherche d’un service dans les quartiers voisins ou vers les centres urbains. « 19% des personnes interrogées estiment tirer un avantage économique de l’installation des lampadaires, 23% estiment tirer un avantage autre, tel la diminution de l’obscurité, et l’augmentation de la sécurité (Laboratoire de sociologie, 2012 et Yomb, 2014).

Conclusion générale

La production d’un quartier durable avec l’implication majeure des acteurs locaux nécessite l’articulation de plusieurs dynamiques (endogènes et exogènes)[11]. Ainsi, les stratégies mises sur pied par les acteurs locaux avec le soutien des pouvoirs publics et de l’ONG CANADEL pour le second projet ont rendu dynamiques les échanges entre les acteurs locaux. Même si les conduites fébriles sont observées, il n’en demeure pas moins que le développement des activités informelles dans les dits espaces d’études est la manifestation des actions de développement mises sur pied par les populations locales. Les changements s’observent ainsi sur le plan microscopique (réorganisation des ménages dans le but d’accroitre leurs revenues de par les nouvelles opportunités offertes), mais également macroscopiques (implication des populations locales dans le développement des projets sociaux, renforcement des échanges à travers les associations créées, la gestion commune du comité de gestion). Mais de part les objectifs contradictoires des uns et des autres, la production des quartiers étudiés fait face à une « culture de la pauvreté » qui entrave les actions développement. Dans cette situation, le développement local est ainsi devenu un enjeu énorme de la part la volonté des uns et des autres de le contrôler pour des objectifs majeurs parfois inavoués. Par ailleurs, c’est l’expression de la théorie du lien social qui a pu être observée dans la nature du lien social qui existe entre les citoyens de ces quartiers. Il en ressort que le lien ici est coopératif, donc inscrit dans le paradigme de l’intégration. La préservation de leur milieu de vie et le développement des conduites écocitoyennes se traduit par une identité où l’alter n’existe pas quand il s’agit de trouver des solutions relatives à leurs espaces de vie. C’est d’ailleurs cette identité qui induit la mobilisation des acteurs locaux pour mettre sur pied des stratégies à même capable de participer à l’amélioration de leurs condition de vie.

Références bibliographiques

Balandier G., (1981), Sens et puissances : les dynamiques sociales, Paris, PUF

Ekomo et Tefe, (2007), « Marchés alternatifs et lien social. Cas du recyclage des déchets urbains » in Revue de l’Institut de Recherche et de Sciences Humaines du Gabon. VOL. 11-12, N° 11-12   P.137-154

Giolitto P., et Clary M., (1994)[1] Éduquer à l’Environnement, Paris, Hachette.

Lammarink M.P., et Wolfers I., (1998), Approche participative pour un développement durable. Exemples d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie, (Douala-Cameroun), Paris, CECI

Norman Long, «Du paradigme perdu au paradigme… retrouvé ? Pour une sociologie du développement orientée vers les acteurs.», Le bulletin de l’APAD, n° 7, Les sciences sociales et l’expertise en développement, [En ligne], mis en ligne le : 13 décembre 2007. URL : http://apad.revues.org/document2183.html. Consulté le 21 novembre 2009.

Pierre Lefèvre et Patrick Kolsteren, «Le développement comme arène : implications pour l’évaluation des projets», Le bulletin de l’APAD, n° 8, Les sciences sociales et l’expertise en développement, [En ligne], mis en ligne le : 22 novembre 2007. URL : http://apad.revues.org/document1823.html. Consulté le 6 décembre 2009.

PNUD, (1998), Rapport sur le développement humain du Cameroun

Xavier Greffe, (1997), Economie des politiques publiques, Paris, Dalloz

UMR ART‐DEV, (2013), Circulations et appropriations des normes et des modèles de l’action locale, Colloque international, Agropolis, Montpellier, France, 20, 21, 22 et 23 mars.

Yomb J., (2012), La participation des collectifs dans le développement rural, thèse de doctorat de sociologie en sociologie économique, FLSH de l’université de Douala.


[1] UMR ART‐DEV, (2013), Circulations et appropriations des normes et des modèles de l’action locale, Colloque international, Agropolis, Montpellier, France, 20, 21, 22 et 23 mars

[2] Xavier Greffe, (1997), Economie des politiques publiques, Paris, Dalloz

[3] PNUD, (1998), Rapport sur le développement humain du Cameroun

[4] PNUD, (1998), Rapport sur le développement humain du Cameroun

[5] Yomb J., (2012), La participation des collectifs dans le développement rural, thèse de doctorat de sociologie en sociologie économique, FLSH de l’université de Douala.

[6] Lammarink M.P., et Wolfers I., (1998), Approche participative pour un développement durable. Exemples d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie, (Douala-Cameroun), Paris, CECI

[7] Giolitto P., et Clary M., (1994)[7] Éduquer à l’Environnement, Paris, Hachette.

[8] Ekomo et Tefe, (2007), « Marchés alternatifs et lien social. Cas du recyclage des déchets urbains » in Revue de l’Institut de Recherche et de Sciences Humaines du Gabon. VOL. 11-12, N° 11-12   P.137-154

[9] Ekomo et Tefe, (2007), Op. Cit

[10] Norman Long, «Du paradigme perdu au paradigme… retrouvé ? Pour une sociologie du développement orientée vers les acteurs.», Le bulletin de l’APAD, n° 7, Les sciences sociales et l’expertise en développement, [En ligne], mis en ligne le : 13 décembre 2007. URL : http://apad.revues.org/document2183.html. Consulté le 21 novembre 2009.

[11] Balandier G., (1981), Sens et puissances : les dynamiques sociales, Paris, PUF



Citer ce billet
Rebouha Fafa (2016, 19 octobre). CORUM2016-Jacques Yomb. CORUM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n6jm

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.