CORUM2016-Elsa Coslado

Une production urbaine « à la marge » : pratiques et paradoxes du faire la ville dans le cadre de l’action publique en périphérie de Marrakech.

Par Dr. Elsa Coslado, Université de tours, France.

Les études urbaines partent souvent du présupposé[1] que l’urbanisation des villes de Sud se fait en dehors de l’action publique, que ces mêmes villes du Sud seraient produites par une urbanisation informelle donnant lieu à la construction de quartiers que l’on qualifie – au moins dans les études qui portent sur le monde arabe – de « clandestin », d’« insalubre », d’« émanation populaire », etc. Dans cette perspective, les ensembles bâtis prennent tantôt la forme de bidonville, tantôt de quartier construit en dur dont le tissu est alors strié par des ruelles étroites, et les logements qui s’y trouvent ne disposent pas d’un accès légal aux réseaux d’égouts, de distribution d’eau et d’électricité. Pourtant, l’explosion des périphéries urbaines du Caire, celles d’Alger, de Tunis ou de Rabat (pour l’aire régionale dans laquelle s’inscrivent nos recherches et que les études observent au moins depuis les années 2000) ne résulte pas seulement de ce type d’urbanisation, une simple promenade dans les banlieues chics de ces villes suffira pour s’en convaincre.

En effet, à Marrakech, ville marocaine d’un million d’habitants sur laquelle je mène mes recherches, il est vrai que l’étalement urbain est en partie attribuable à ce que l’on qualifie parfois d’urbanisme de fait. Ce dernier est notamment visible par la densification de douars[2] suburbains (cf. photo[3]) sans permis de construire d’une part, et par l’absence de titre de propriété de leurs occupants d’autre part. Toutefois, l’urbanisation des extensions de Marrakech provient, surtout et avant tout (en quantité de surfaces d’urbanisées en tout cas), d’une production urbaine directement entreprise par les pouvoirs publics ou, à tout le moins, encadrée par eux.

Mon propos est d’énoncer ici une idée qui m’est apparue comme nécessaire à partager avec les membres du CORUM à la lecture de l’Appel à contribution pour le séminaire du CORUM. Cette idée est celle de souligner, et de montrer à l’aide de mes études de cas qui portent sur la production urbaine à Marrakech, qu’il n’est nul besoin que l’urbanisation se situe « en dehors du cadre de l’action publique » (pour reprendre les termes de l’appel) pour que des « formes d’urbanisations alternatives » à « la planification et à la réglementation » apparaissent. Il apparaît plutôt que la production urbaine se fait davantage en nuances, que le processus de fabrication de la ville ne cesse de se recomposer. Et ce, en mêlant les pratiques qui relèvent des catégories du formel et de l’informel. Emerge donc, me semble-t-il, un urbanisme qui n’est ni tout à fait règlementaire, ni tout à fait « de fait », bref, que la production urbaine actuelle, telle qu’elle est actuellement élaborée à Marrakech, donne à voir l’apparition d’un urbanisme hybride.

Le Maroc s’est peu à peu, depuis les années 1920, avec la mise en place d’expériences urbaines et architecturales par le protectorat français (1912-1956), doté de plusieurs outils en matière d’urbanisme et de planification urbaine. Ces outils, comme le schéma directeur d’aménagement urbain (SDAU), le plan de zonage et le plan d’aménagement (PA), sont dans leur conception largement d’inspiration française. En effet, outre les différents legs en matière d’urbanisme laissés par période coloniale, l’IAURIF[4] a participé aux réflexions du ministère ayant en charge, à l’époque, de la rédaction de la loi 12-90 relative à l’urbanisme. Même si à bien des points de vue les experts nationaux et internationaux ont considérés à la fin des années 1990 que ces outils règlementaires étaient inadaptés à la situation marocaine (cf. infra), on ne peut en tout cas pas dire que, dans le cas du Maroc, l’urbanisation galopante serait le fait d’une absence de moyen juridique et d’outils de planification de l’Etat (comme on le lit parfois lorsqu’il s’agit de distinguer les so called ville du Nord, ville du Sud). A Marrakech, cette planification importée fût à ce point opératoire qu’on peut lire dans un rapport de 1999 publié par le haut-commissariat au Plan (HCP) : « c’est ainsi qu’en 4 ans d’existence, de 1994 à 1998, l’Agence urbaine de Marrakech a rejeté 70% des demandes de lotir et 2/3 des demandes de construire portant sur de grands projets »[5] !

L’accélération de l’étalement urbain à Marrakech (350% en 10 ans entre 2000 et 2010) témoigne pourtant que la présence de document d’urbanisme n’a nullement empêché le développement extensif de la ville. Que s’est-il donc passé ?

Fin 1990-2000, il est reproché par les gestionnaires urbains que le zonage des PA et du SDAU ne repose que sur un principe général de protection et qu’il empêche les énergies entrepreneuses de s’exprimer. Par exemple, dans la palmeraie de Marrakech, le tissu bâti prescrit y est extrêmement lâche (une maison sur une parcelle d’au minimum d’un demi-hectare). Dans le même temps, le pouvoir central de plus en plus mû par des logiques néo-libérales liés au contexte post-ajustement structurel imposé par le FMI, a amorcé la possibilité d’outrepasser les règles d’urbanisme et les orientations des documents de planification urbaine par la création d’une commission qui examine le projet au cas par cas. Il s’agit de la commission ad hoc pour les « projets d’investissements » (laquelle a été créée par la circulaire n°3020/27 du 4 mars 2003).

Parallèlement, la conjoncture locale (forte attractivité touristique de Marrakech) a créé une effervescence dans les milieux de l’urbanisme et de l’immobilier, les sociétés déposant des permis de construire ont fait des demandes de dérogation aux documents et/ou aux règles d’urbanisme, et ce majoritairement via le canal de la commission ad hoc. La circulaire augmente notoirement la liberté décisionnelle accordée au wali (préfet de région) qui préside ladite commission. C’est donc dans ce contexte de déconcentration qu’ont été autorisés de grands projets d’aménagement comme celui de la ville nouvelle de Tamansourt qui serait censée à termes être habitée par 300 000 habitants (elle se trouve à 17 km du centre de Marrakech). Ou encore comme celui de la résidence touristique Atlas Golf Resort sise sur 196 ha qui se trouvent directement dans la palmeraie (à 6 km du centre de Marrakech sur une zone à faible densité dans le plan d’aménagement).

Ce sera au nom d’un « urbanisme de projets », considéré plus flexible et plus à même que l’urbanisme de planification à encourager les initiatives d’investissements, que les professionnels de l’urbanisme montreront favorables à ce dispositif dérogatoire qui va à l’encontre du respect de l’urbanisme local. Les responsables de l’urbanisme se trouvent, en pratique, dépossédés de leurs capacités à penser et à mettre en œuvre la régulation du développement urbain. C’est donc un régime se situant « à la marge » de l’urbanisme et censé s’appliquer « à la marge » (pour quelques projets, sous une mesure exceptionnelle), qui s’applique de façon quasi-générale.

Certaines pratiques inhérentes au processus de production urbaine dans le cadre de l’action publique (qui sont administrativement autorisées) sont donc parfois peu règlementaires au sens strict et sont l’objet de formalisation et d’institutionnalisation de ce qui relèvent habituellement comme faisant partie de l’urbanisation qualifiée d’informelle.

Ces phénomènes révèlent en réalité une intensification des coopérations entre les partenaires publics entre eux (wali, agence urbaine, commune opérateur public de l’habitat) et avec les partenaires privés (promoteurs immobiliers, et acteurs du tourisme dans le cas des projets qui prennent place dans la palmeraie de Marrakech). Et de « coopération », il s’agit parfois d’un assujettissement de certains organes publics (comme c’est le cas de l’Agence urbaine) aux intérêts privés (ceux des promoteurs immobiliers en l’occurrence).

De plus, l’appropriation par les habitants des espaces résidentiels que j’ai étudiés (produits dans le cadre de l’action publique), participe à prolonger le processus de production urbaine mais, cette fois, de production urbaine par « le bas »[6]. Cette appropriation se fait aussi, dans certains cas, juste à la marge du légal et de l’illégal, du formel et de l’informel. Par exemple, certains espaces publics délaissés sont aménagés sans autorisation, mais sous les yeux tolérants des pouvoirs publics, par des habitants qui peu à peu privatisent l’espace public (cf. Photo). Ces lieux aménagés par des personnes privées apportent parfois un cachet paysager qui renforce considérablement la valeur esthétique des quartiers lotis initialement par la puissance publique. En quelque sorte, les actions des habitants se trouvent à compléter l’action publique. On observe donc qu’il peut y avoir transactions et des complémentarités entre les différents processus de production urbaine – entre ce qui relève du spontané et du planifié – sans même qu’un mécanisme de participation ou de consultation ait été établi. Se montrent ainsi à voir différentes formes de « coopérations territoriales de fait », c’est-à-dire des collaborations non dirigées, et non préalablement pensées/planifiées entre les différents protagonistes de l’urbain : entre, d’un côté, les pouvoirs publics et les promoteurs immobiliers privés et, d’un autre côté, les habitants. Ces coopérations de fait consolident souvent la production urbaine « par le haut », elles la rendent vi(v)able socialement et socio économiquement, mais pas toujours non plus.

En définitive, nos études de cas mettent en exergue le paradoxe suivant : certaines opérations urbaines qui relèvent, à plus d’un titre, d’un urbanisme « alternatif » (ou « de fait » ou « à la marge ») peuvent procéder d’une production urbaine qui s’insère dans le cadre de l’action publique.

On se propose donc d’inviter à ne pas opposer systématiquement production « formelle » de la ville, qui correspondrait aux opérations urbaines réalisées dans le cadre de l’action publique, et production « informelle » de la ville, laquelle se ferait en dehors, sinon en contre, du cadre de l’action publique. Nos recherches sur la question de la production urbaine à Marrakech montrent en effet que ce processus n’appartient pas nécessairement qu’à une seule filiation (l’institué vs le non institué) mais que, au contraire, il est souvent plus complexe, dialectique et dialogique ; bref, qu’un urbanisme et une production urbaine hybride sont en marche.

Tours, le 19 avril 2016

A propos de

Elsa Coslado, urbaniste formée à l’École Polytechnique de l’Université de Tours en France (spécialité Génie de l’Aménagement) – école membre de l’APERAU –, vient d’achever un doctorat en géographie (déc. 2015), dont la thèse est intitulée Étalement urbain et opérations immobilières périurbaines pour classes moyennes à Marrakech : production, peuplement et modes d’habiter. C’est sur la base de ces travaux que la contribution reposera. Par ailleurs, elle a coordonné avec Justin McGuinness et Catherine Miller un ouvrage sur les transformations des centres historiques des villes marocaines titré Médinas immuables ? Gentrification et changements dans les villes historiques marocaines (2012). À noter : les transformations dont il est question dans cet ouvrage ont pendant longtemps été largement impulsées par des dynamiques de production urbaine de type bottom-up, soit en dehors de l’action publique, cf. http://books.openedition.org/cjb/275?lang=fr.

Thématique de recherche actuelle 

Les enjeux de la « patrimondialisation » ou la fabrique touristique du patrimoine culturel dans la mondialisation : modèles globaux, recompositions identitaires, hybridations. Cette recherche s’effectue au sein du projet ANR de recherche Patrimondi, cf.  http://patrimondi.hypotheses.org/.

[1] Sur les différents présupposés ville du Nord/ville du Sud et les catégorisations « assignantes » qui imprègnent les études urbaines, le lecteur francophone pourra se reporter utilement à la traduction de l’Introduction de The Ordinary Cities de Jennifer Robinson (2006), dans l’ouvrage coordonné par M. Giroud† et C. Gintrac intitulé Villes contestées : pour une géographie critique de l’urbain (2014).

[2] Villages

[3] Seront présentées in visu les photos lors de la séance de travail du Corum.

[4] Devenu aujourd’hui IAU IDF.

[5] Dynamique urbaine et développement rural au Maroc, HCP, 1999, p.217).

[6] La plupart des travaux conduits sur la notion de production urbaine mettent l’accent sur deux opérateurs qui sont considérés séparément et qui se confondent avec deux approches distinctes de l’urbain : une approche « par le haut », souvent consacrée aux faits « des institutions » et des acteurs collectifs dominants (États, bailleurs de fonds, grands groupes de sociétés de promotion immobilière…), et de leurs dispositifs (les politiques urbaines et leur mise en œuvre) ; et une « approche par le bas » qui se focalise sur le rôle des « citadins ordinaires » par le biais de leurs pratiques urbaines et des initiatives individuelles privées. Cette deuxième approche s’efforce d’identifier les compétences des citadins et les formes de citadinité qui contribuent à faire de la ville, matériellement et symboliquement (Berry-Chikhaoui I., Deboulet A., 2000). A contrario, le postulat adopté cherche à mettre en exergue le rôle conjoint, mais pas forcément sans conflits, des États, des bailleurs de fonds, des promoteurs immobiliers et des citadins dans la fabrication urbaine, ce qui, pour cette raison, conduit à parler d’une co-production de la ville. Selon cette démarche, laquelle impose pratiquement de « combiner holisme et individualisme » (Delpeuch, 2008, p. 14), ouvre la possibilité de dépasser l’apparente dichotomie des recherches – fabrication de la ville « par le haut » versus sa production et son appropriation « par le bas » – pour saisir les interactions entre les deux polarités opérantes de l’urbain.



Citer ce billet
Rebouha Fafa (2016, 19 octobre). CORUM2016-Elsa Coslado. CORUM. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n6jl

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.